Nos Histoires

Au rythme des saisons

Le rythme des saisons tout au long de l’année contribue à la protection et à la préservation du Clos Marey-Monge. Il dévoile également à nos yeux les événements spectaculaires qui s’y déroulent. Les saisons sont un rappel constant de la vie et des raisons qui animent le Clos Marey-Monge ; sa propre révolution naturelle poussant le moindre instant de chaque année à une perpétuelle évolution.

Durant douze mois, notre vignoble de 20 hectares se pare de couleurs sans cesse changeantes, du brun au vert et du rouge au blanc, illustrant ainsi les cycles de la nature.


Une table gastronomique : Des milliers d’oiseaux affluent pour profiter des fruits restants dans le terroir de Simone

En automne, des nuées d’étourneaux s’abattent sur le vignoble pour se gaver des grains délaissés. Une table gastronomique pour les oiseaux, qui doivent à présent disposer d’un palais aguerri apte à apprécier le goût du bon vin ! C’est également à ce moment que nous veillons à ce que les vignes stockent bien les niveaux de glucides suffisants, l’énergie qui leur sera nécessaire pour passer leur longue hibernation et le premier gel.

 


Rencontre dans le Clos : En janvier, Sophie utilise la technique de taille Guyot-Poussard

Nous faisons tout pour ne pas perturber les vignes, c’est pourquoi quand arrive la Saint Vincent (22 janvier), nous utilisons la technique Guyot-Poussard pour la taille et le palissage de nos vignes. Cette méthode particulière encourage la plante à respecter la courbure naturelle de la vigne. Sans cette technique de taille, nos vignes deviendraient vite de grands arbres touffus. L’équipe viticole taille minutieusement les vignes pour les aider à concentrer leur énergie sur la production des raisins.


La Saint Vincent : Les vignes de la parcelle Simone célèbrent le premier jour de la taille

C’est au printemps, lorsque les premiers bourgeons fleurissent et que débute la floraison, que les coursons, tiges et pousses s’étirent pour former une couronne de feuillage précédant l’arrivée de l’été. Alors que les couleurs du Clos Marey-Monge passent d’une terre brunâtre à un océan de vert éclatant, c’est au tour des fruits de paraître enfin, des grappes en forme de pommes de pin, suspendus à la vigne par une tige porteuse, attendant leur maturation optimale (généralement 90 à 110 jours), et présentant un équilibre de sucre et d’acidité finement ajusté.


Raison d’Être : Il reste quelques grappes à la fin des vendanges

À la fin des mois d’hiver Clos Marey-Monge revient à la vie, lorsque le soleil se fait plus présent dans le ciel, en réchauffant juste assez le sol pour permettre la montée de la sève dans la vigne. C’est alors que débute le millésime.

La période de croissance du raisin en Bourgogne s’étend d’avril à octobre. L’activité la plus importante et la plus difficile ayant trait au vignoble (abstraction faite des vendanges) est la taille hivernale. La taille hivernale détermine quels rameaux d’un an d’âge seront conservés pour l’année à venir et donc combien de fruits la vigne supportera au prochain millésime.

Comme toujours, nos vinificateurs et notre équipe viticole sont à l’écoute et au service de Mère Nature, et ils ne manquent pas d’éléments à prendre en compte. On peut souvent apercevoir Emmanuel Sala, notre vinificateur, arpenter le vignoble, pensif, cherchant à prévoir comment réagir aux contraintes, prévisibles ou non, auxquelles la nature soumet son vignoble. Chaque jour offre son lot de questions et d’inquiétudes.

Afin de célébrer la splendeur de notre vignoble, faisons un voyage photographique sur une année de la vie au Clos Marey-Monge, le plus grand Monopole de Bourgogne.

HIVER

Traditionnellement, la taille de la vigne débute le 22 janvier, jour de la Saint Vincent. Notre équipe viticole, dirigée par Samuel Grivaux, 20 ans d’ancienneté au Château de Pommard, utilise la méthode Guyot-Poussard. La taille aide à déterminer la qualité et le volume de la récolte à venir.

 


Brûlage des sarments de vigne : Une tradition originaire de Bourgogne, le brûlage des sarments de vignes marque la fin de la taille hivernale et le début du débourrement des bourgeons. Cela empêche également la propagation des maladies

Bourgeons d’hiver

Après le repos hivernal de décembre à mars, les ressources en glucides, stockées par la vigne dès les premières chutes automnales de feuilles, sont épuisées. Le premier signe de reprise de la vie après cet hivernage est l’apparition de bourgeons d’hiver, de petits « yeux » qui se développent et sont couverts de deux écailles brunâtres.


Bourgeons d’hiver : Un pied de vigne de Les Paules opère sa magie

Les pleurs

La vigne se réveille ! De février à mars, chaque pied de vigne est traité individuellement par notre équipe viticole. Après la taille hivernale, la sève s’écoule par les plaies de taille. Lorsque le vignoble entre dans cette phase, Sophie, notre assistante viticultrice, est alors très présente dans les vignes. Elle circule avec son sécateur à la main ou les yeux fixés sur les vignes. Également connue en tant que « pleurs », la fin de l’hiver est marquée par une « larme » qui s’écoule de l’extrémité de chaque tige (c’est là le signe que la sève circule à nouveau et que la plante est réveillée).


Fin de l’hiver : Une vigne célèbre la fin de l’hiver en pleurant ou en laissant s’écouler sa sève

Les labours

Les labours font circuler l’oxygène dans le sol, permettant ainsi à la vigne de respirer. Pour que ce processus soit le plus sûr et serein possible, nous faisons appel à Mickey, un cheval colossal, qui brasse délicatement le sol de ses sabots. C’est également à ce moment qu’Emmanuel et Antoine ajoutent leurs traitements homéopathiques, tels que le fumier de corne de vache, conformément à notre programme biodynamique.


Oxygénation : Mickey le cheval fait circuler l’oxygène dans le sol

Bourgeons dans le coton

À la mi-avril, les écailles brunes qui recouvraient jusque là les bourgeons d’hiver s’écartent, laissant apparaître les bourgeons dans le coton. Il s’agit du débourrement, il marque le début du cycle annuel du raisin et la fin de la dormance hivernale. Après le « débourrement » des bourgeons, l’extrémité verte des jeunes pousses émerge et leur croissance se poursuit. Le gonflement et l’éclatement du bourgeon ne surviennent qu’une fois les températures dépassant les 10 °C pendant plus de 10 jours.

Pour les vignerons que nous sommes, les bourgeons sont extrêmement précieux. Les averses de grêle printanières, telles que celle survenue en 2012, peuvent détruire les bourgeons et réduire parfois la récolte annuelle de plus de 80 %. Quand aux gelées printanières d’avril et de mai, elles instillent un sentiment de peur en chacun de nos vinificateurs et membres de l’équipe viticole. Nous conservons malgré tout notre calme, mais nous croisons tout de même les doigts en toutes saisons.


Débourrement : le cycle de vie du raisin débute à présent, sous la forme d’un bourgeon dans le coton

PRINTEMPS

Pointes vertes

L’arrivée du printemps ! C’est vers la fin mars, début avril, que l’extrémité verte de la jeune pousse apparaît sur le sarment, pointant hors du bourgeon


Le baiser d’une rose : Les premières feuilles pointent le bout de leur nez sous forme d’une rosette

Sortie des feuilles

Rassemblées en une délicate rosette, les feuilles de vigne font leur apparition.


Premières pousses et tendres feuilles : Les pousses vertes fleurissent et les pampres s’affermissent.

Au cours des prochaines semaines, de petites grappes de fleurs vont se développer et s’étaler. Les petites grappes de fleurs disposées sur une tige, et que l’on appelle inflorescences, vont s’allonger et les boutons floraux se séparer.


Nettoyage de printemps : les inflorescences se séparent et s’étirent


D’elles-mêmes : les vignes se couvrent de grappes de boutons floraux verdâtres. Ils sont si petits qu’ils passent souvent inaperçu

ÉTÉ

Floraison

Voici venir le moment où les choses prennent tout leur intérêt. La Floraison, moment où les fleurs s’épanouissent, est une étape importante dans le cycle de vie d’une vigne. Ces fleurs qui vont être fécondées formeront les raisins à venir. Chaque bouton floral donne naissance à une fleur unique. Si en mai ou en juin les températures atteignent 20 °C, la floraison débute alors que les pampres de vigne se développent en profitant pleinement de cette chaleur. Par temps chaud cela ne prend que 3 à 4 jours, mais il faut compter de 3 à 4 semaines s’il fait froid. Si tel est le cas, tous les raisins ne parviendront pas ensemble à maturité pour les vendanges.  Il faut compter en moyenne de 90 à 110 jours pour une maturation optimale du raisin.


Période de floraison : Les inflorescences commencent à fleurir en mai. Elles s’auto-fécondent alors et développent des baies qui, à leur tour, donnent les grains de raisin 

Nouaison

La plupart des vignes de type Vitis vinifera du Clos Marey-Monge sont à « Fleurs parfaites ». Celles-ci se composent d’étamines mâles et de pistils femelles, elles peuvent donc s’auto-féconder. En fin de fécondation, la fleur commence à développer une graine et une petite baie pour la protéger.


Un grand hommage à la baie : Le grain de raisin (baie) protège la graine de la fleur, c’est l’élément vital à la continuité du cycle de vie d’une vigne

Les pois

Un élément de Pois ! Au plus fort du mois de juin, les grains de raisin atteignent 50 % de leur taille définitive. La grappe prend alors sa célèbre forme en pomme de pin, une position verticale descendante, qui a donné son nom aux grappes du Pinot Noir.


Le fruit à portée de main : Les petits grains encore verts sont appelés « pois »

Fermeture de la grappe

Au fur et à mesure que les baies grossissent encore et encore, et qu’elles se gorgent de la juste quantité d’eau, elles commencent à se toucher. En juillet les grappes se sont fermées et ont pris leur forme de pomme de pin, elles deviennent plus compactes.

Véraison, changement de couleur des baies

Le pic estival passé, les baies de raisin changent de couleur et commencent à mûrir. Au début du mois d’août, environ 45 jours avant les vendanges, se produit la Véraison. C’est par ce processus que la couleur du raisin passe progressivement du vert au pourpre. La vigne change également de couleur et d’élasticité, passant d’un vert fragile à un brun robuste. Ce processus s’appelle l’aoûtement.


1ère étape de la véraison : les baies vertes entament leur changement de couleur


2e étape de la véraison : le pourpre est omniprésent

Avec l’arrivée de septembre, la maturité du raisin s’intensifie. L’acidité contenue dans le raisin baisse considérablement et le niveau de sucre augmente. Cela est dû au travail de la feuille (ou pour être plus précis, à la chlorophylle contenue dans la feuille) qui s’emploie alors à recueillir les intenses rayons du soleil estival pour les convertir en énergie. Un processus mieux connu sous le nom de photosynthèse. Il convertit la lumière visible en glucose. Les raisins commencent à être savoureux et sucrés, le signal pour Emmanuel et son équipe de lancer les préparatifs des vendanges.

 


Une voute d’étoiles Très vite le vignoble se pare de feuilles vertes

Vendanges

La période des vendanges du Clos Marey-Monge a généralement lieu chaque troisième semaine de septembre. Il s’agit du moment où les raisins atteignent leur maturation et leur mûrissement optimaux, environ 90 à 110 jours après la véraison. Après avoir été récoltés à la main les raisins cessent de mûrir. C’est aussi à cette période que l’on peut observer Emmanuel déambulant au cœur des sept terroirs du vignoble, mangeant des grappes entières de raisin, redoublant d’attention pour déterminer le moment de l’équilibre parfait entre l’acidité totale et le sucre, et entre le degré d’alcool probable et le pH.  Quand le moment est venu, et qu’Emmanuel a effectué l’analyse de chaque parcelle, il sélectionne celle à vendanger manuellement en premier … et tout commence alors !


Maturation : après plus de 90 jours les raisins ont une saveur sucrée et sont prêts à être récoltés

AUTOMNE

Chute des feuilles

Après le chaos et le stress générés par la récolte à la main et le tri, les vendanges des sept parcelles est finie et les raisins sont en sécurité dans leurs cuves de fermentation, il est temps que les feuilles tombent et que l’automne reprenne ses droits.

Les vignes doivent à présent emmagasiner un maximum de glucides avant les premières gelées. Dès lors que les températures chutent, les vignes cessent rapidement de produire des glucides par photosynthèse. Les feuilles commencent à perdre leur couleur et recouvrent le sol. La dormance débute alors et le Clos Marey-Monge change à nouveau de couleur, passant du vert lumineux au rouge Bourgogne flamboyant. Entre octobre et novembre la sève redescend aux racines.


Mur du Clos : en automne, les 1 800 mètres de mur virent au rouge intense

Dormance hivernale

Le Clos Marey-Monge s’endort d’un sommeil bien mérité. La dormance hivernale débute. Dès à présent la survie de la vigne ne repose plus que sur ses réserves en glucides pour l’aider à résister aux difficiles conditions hivernales. Et cela pour les trois mois à venir, jusqu’à la fin mars, lorsque tout le processus reprendra.


Un saupoudrage de neige : une fois encore le Clos change de couleur, voici venu le blanc immaculé

Pré-taille

À l’aube de la nouvelle année, et malgré des conditions météorologiques épouvantables, l’équipe viticole enfile ses cirés. Elle part inspecter les vignes du Clos Marey-Monge, tout en effectuant quelques pré-tailles. C’est un travail salissant, mais qui doit être fait. 


Retour sur le terrain : pré-taille malgré un temps exécrable

Du premier débourrement du printemps à la dernière grappe récoltée à la main de l’été ; de la dernière feuille tombée de l’automne à la première gelée d’hiver, le Clos Marey-Monge évolue au fil des millésimes. Il en va ainsi depuis des millénaires. Et, nous l’espérons, pour l’éternité …

Pour visiter le site du Château de Pommard, vous devez avoir au moins 21 ans.
En navigant sur notre site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et politique de confidentialité.