À la recherche
de Simone


La quête de l’éternelle beauté

Qui est Simone ?

Avec son délicieux goût alliant style et séduction, Simone révèle ses secrets, sa vraie identité, uniquement à ceux qui veulent bien attendre jusqu'au moment où elle sera prête. Icône époustouflante de la magie divine de la Bourgogne, Simone renferme une enchanteresse, c'est la véritable essence de la beauté intemporelle et d'un mystère immaculé qui aspire à être résolu.

Le Grand Terroir

Née d'un terroir qui constitue une véritable curiosité bourguignonne, Simone est un terrain sacré. Avec une superficie d'à peine 0,5 hectares, cette parcelle riche en argile fut classée première cuvée dans l'analyse des sols de Bourgogne réalisée par Jules Lavalle en 1855. En 2009, Claude et Lydia Bourguignon démontrèrent l'inexactitude de la classification de Lavalle. Une étude scientifique très complète confirma que les sols de Simone avaient l'une des plus fortes densités argileuses enregistrées en Bourgogne, comme un Grand Cru. Abritant quelques-unes des plus vieilles vignes du vignoble, Simone est chouchoutée et reçoit tout notre respect et notre affection : le travail de labour des sols s'effectue à l'aide de chevaux, la vendange est manuelle et l'élevage en fût est d'une durée allant de 22 à 28 mois.

Un goût d'éternité

Pouvant à peine se contenir dans sa petite robe noire en forme de bouteille, un vaisseau qui enveloppe de mystère ses courbes rubis foncé, Simone est une cuvée édition limitée, qui n'est disponible que pour célébrer les millésimes vraiment supérieurs. Seuls quatre millésimes sont disponibles aujourd'hui. Si Simone disparaît dans la nuit, qui sait quand nous reverrons sa beauté. Laissez-la reposer pendant au moins 20 ans, puis laissez-vous séduire et tenter chaque jour par cet élégant élixir et ses éclats somptueux tout autant que séducteurs de violet, ses touches de rose et de pivoine sur le palais, qui évoluent irrésistiblement pendant ce qui semble être une éternité vers des senteurs intenses de cerise et de mûre.

Nos Millésimes de Simone

Simone 2011

$

Simone 2012

$

Simone 2013

$

Une élégance infinie et intemporelle

Pouvant à peine se contenir dans sa robe élégante, Simone 2013 enveloppe les sens de tous ceux qui souhaitent connaître ses secrets. Des courbes rubis foncé et un éclat violet séducteur sur les bords du verre qui dévoilent de fines jambes. Simone 2013 est aussi délicieuse qu’elle en a l’air. Son odeur est enivrante avec de généreuses expressions de rose et de pivoine qui dévoilent ensuite de fabuleux arômes de cerise et de mûre sur la langue. Délicates, éclatantes et délicieuses, l’acidité et la structure aromatique riche de Simone 2013 complètent à merveille ses tanins extraordinairement doux. Avec sa finale iodée qui reste en bouche et une subtile caresse de salinité qui continue de résonner après la dernière goutte, ce vin exceptionnellement fin est un millésime très prisé et recherché. Comme tous les millésimes de Simone, 2013 mérite de vieillir pendant des années et d’être partagé avec ceux qui sont suffisamment patients pour rechercher sa vraie valeur.

Objets trouvés

Marqué par un petit rendement et des arômes riches, le millésime 2012 laisse place à une année 2013 où l’hégémonie de la Terre Mère sur les vignerons et les vignobles de Bourgogne est de nouveau évidente. Le bourgeonnement, qui eut lieu en juin, fut tardif, suite à un printemps froid et pluvieux. En juin, les pluies retardèrent la floraison et posèrent un risque accru de fléau. Pommard, ainsi que les appellations environnantes comme Volnay, Beaune et Savigny-lès-Beaune, durent faire face à une tempête de grêle presque fatale, identique, en puissance, à celle de 2012. Le Clos Marey-Monge perdit 50 % de sa récolte et nous n’avons pas dormi sur nos deux oreilles en juin. En juillet et août, le temps fut de nouveau clément. La chaleur et les rayons du soleil enveloppèrent les vignes qui arrivèrent à maturation fin septembre. Les vendanges de Simone commencèrent autour du 23 septembre. Le 2 octobre, les vendanges étaient terminées au Clos Marey-Monge. Les conditions météorologiques instables de l’année se firent de nouveau sentir avec des tempêtes dans tous les vignobles de la région les 5 et 6 octobre. Heureusement, quelques jours trop tard pour provoquer plus de dégâts au niveau du rendement total.

Simone 2014

$

Des courbes rubis foncé

Pouvant à peine se contenir dans sa robe élégante, Simone 2014 enveloppe les sens de tous ceux qui souhaitent connaître ses secrets. Des courbes rubis foncé et un éclat violet séducteur sur les bords du verre qui dévoile des jambes fines. Simone 2014 est aussi délicieuse qu’elle ne paraît. Son odeur aussi est enivrante avec de généreux éclairs de rose et de pivoine qui créent des arômes de cerise et de mûre sur la langue. Délicate, éclatante et délicieuse, l’acidité et la structure aromatique riche de Simone 2014 complètent à merveille ses tanins extraordinairement doux. Avec sa finale salée qui reste en bouche et une subtile caresse de salinité qui continue de résonner après la dernière gorgée, ce vin exceptionnellement fin est un millésime très prisé et recherché. Comme tous les millésimes de Simone, 2014 mérite de vieillir pendant des années et d’être partagée avec ceux qui sont suffisamment patients pour rechercher sa vraie valeur.

Hors de ce monde

Le millésime de cette année reflète parfaitement une année 2014 au climat inhabituel et imprévisible. Le début de saison fut prometteur. Les trois mois d’été furent chauds et secs, le bourgeonnement fut précoce et l’éclosion eut lieu début juin. Cependant, à la fin du mois, un temps plus frais et humide prit le dessus. Le 28 juin, une tempête de grêle, similaire en force à celle de 2012 et 2013, causa des dégâts dans plusieurs villages de la Côte de Beaune, dont Pommard, L’été fut plus humide et froid que d’habitude. Quelques chaudes journées en juillet permirent aux vignes de se récupérer, mais les conditions météorologiques se détériorèrent à nouveau pendant les deux premières semaines d’août. À la mi-août, le climat s’améliora, avec un temps plutôt sec et ensoleillé, ce qui permit au raisin de mûrir rapidement et d’être suffisamment juteux. En septembre, le soleil perdura et le vent du nord fut idéal pour les vignes. Le raisin arriva à maturité à la mi-septembre ; la vendange manuelle des parcelles Grand Champs, Émilie, Chantrerie, Micault et Les Paules, utilisées dans l’assemblage final de Clos Marey-Monge Monopole, eurent lieu mi-septembre sous un ciel bleu.

boat_icon

Nous expédions ce vin à l'étranger. Demandez conseil à un conseiller en vin.

Demandez conseil à un conseiller en vin

Similaires à Simone

Vivant Micault

Clos Marey-Monge