Plus Jamais Sans mon Coravin !


Si vous êtes fin connaisseur de vins, vous avez probablement déjà entendu parler du Coravin — ou en possédez peut-être un vous-même. Quant à moi, je dois reconnaître que quand on m’en a parlé pour la première fois, l’idée de faire sortir le vin d’une bouteille sans en retirer le bouchon m’a semblé bizarre. Mais depuis, mon Coravin a radicalement changé ma vie d’œnophile. J’avais découvert le concept à travers une version bêta, il y a sept ans au Press Club de San Francisco. Si à ses débuts, l’appareil ressemblait à un objet tiré d’un film de science-fiction, aujourd’hui il existe en plusieurs couleurs et ressemble à un petit appareil de cuisine.

Mais qu’est-ce qui rend cette petite invention si incroyable ? Si des experts comme l’écrivaine du vin Jancis Robinson ne sont pas convaincus par le Coravin, pourquoi le serais-je, moi ? En 2013, à l’occasion de sa rencontre avec l’inventeur, Greg Lambrecht, Jancis écrit : « Je considère le vin comme une activité sociale à proprement parler, et une part essentielle du plaisir qu’elle procure consiste à partager une bouteille entière avec des amis, et à observer comment le vin et les personnes évoluent à mesure que les verres et les bouteilles se vident. » Alors bien sûr, moi aussi j’aime « vider » une bouteille autant que n’importe qui d’autre, mais j’ai aussi un besoin insatiable d’apprendre (y compris avec mes amis), et c’est là que mon Coravin entre en scène.

Quand je suis arrivé en Bourgogne, il y a un peu plus de trois ans, ma connaissance de cette célèbre région viticole n’était pas meilleure que celle d’un amateur lambda. Je connaissais les vins régionaux, les villages, les Premiers Crus et les Grands Crus, et je savais que le Pinot Noir et le Chardonnay étaient originaires de cette région. Mais je voulais en savoir beaucoup plus. Ce que je veux dire, c’est que la Bourgogne compte 1 247 climats — et qu’il n’y a pas deux Chambolle-Musigny semblables ! Comme l’ont souligné de nombreux auteurs du vin, on peut passer une vie entière à tenter de discerner les mystères de la Côte d’Or. Sans compter que les meilleurs vins de Bourgogne ne sont pas bon marché… Donc, si je voulais déguster beaucoup de vins (ce qui est la meilleure façon d’apprendre à mon humble avis), il me fallait un Coravin !

Comme le note Greg dans son interview avec Jancis, le Coravin est un accélérateur d’apprentissage. Il est désormais possible d’avoir une cave remplie de vins fantastiques et de n’en déguster qu’un verre à chaque fois. C’est particulièrement amusant avec des amis (désolé, Jancis !). Vous voulez faire une dégustation verticale de cinq millésimes différents de tel ou tel Grand Cru ? Pas de souci. Vous voulez comparer plusieurs Volnay originaires de la même parcelle, mais de différents producteurs ? Pas de souci. Vous voulez apprendre quelles différences il y a entre Puligny-Montrachet et Chassagne-Montrachet? Pas de souci.

Au Château de Pommard, nos conseillers en vins ne jurent plus que par le Coravin. Pourquoi ? Parce que grâce à lui, nous pouvons vous faire déguster nos vins produits en petites quantités comme le Simone, qui que vous soyez et quel que soit le moment où vous viendrez nous voir. Nous avons conservé pendant des mois des bouteilles « ouvertes » à l’aide d’un Coravin et pouvons attester que les vins qu’elles contenaient ont suivi une évolution absolument naturelle. L’argon qui remplace le vin dans la bouteille est ce que les scientifiques appellent un gaz « inerte ». Autrement dit, il n’a strictement aucune propriété. Le vin contenu dans la bouteille est donc soumis aux mêmes influences et exposé à la même quantité d’oxygène que si elle n’avait jamais été ouverte. Comme le dit Greg, « si une bouteille “coravinée” est correctement stockée en position allongée, le vin est mis au contact des mêmes petites quantités d’oxygène qu’il le serait à travers un bouchon vierge. »

Ma cave à vin contient des bouteilles qui ont été « coravinées » il y a presque trois ans, dont un magnum de Château de Pommard 1948, le plus ancien millésime que nous ayons découvert dans nos caves. Parfois, quand un ami vient me voir et que nous avons une occasion spéciale à célébrer, nous faisons quelques petites dégustations à l’aide de mon Coravin. Cela peut certes ne pas avoir le même effet que le fait de vider des bouteilles entières, mais c’est en tout cas une façon unique de se former sur le vin entre amis.

Cet article n’a pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire



Autres articles disponibles

Le Festival Rootstock Revient … Avec un Showcase Parisien à Guichet Fermé !

Le premier festival, de musique, vin et gastronomie, à Pommard…

11 Raisons de Venir en Bourgogne en Juillet

L’été, les fortes températures et le ciel bleu arrivent à…

Sept Raisons Qui Vont Vous Faire Adorer le Vin Blanc cet Été

À l’occasion de la journée du Chardonnay, Chardonnay Day, le…